Pourquoi se lancer dans une psychanalyse et en quoi cela consiste-t-il ?

 

 

Voilà une interrogation bien légitime pour celui ou celle qui ressent le besoin d’une réflexion en profondeur sur lui-même.

 

Ce qui amène à la psychanalyse est toujours profondément singulier et résulte d’un parcours de vie, d’une histoire particulière à nulle autre pareille.

Cela peut résulter, soit d’une souffrance psychique clairement ressentie ou de répétitions douloureuses, soit d’un sentiment de mal-être plus diffus. Ce qui me semble commun à tous dans cette démarche, c’est la perception d’être agis par quelque chose au fond de soi qui nous échappe et qui est donc inconscient.

 

Ce qui engage ensuite dans une démarche concrète c’est l’idée que nous pouvons vivre davantage en accord avec nous même et partir à la rencontre de la part la plus authentique de soi.

Cette part de soi est masquée par toute la construction névrotique que nous avons bâtis pour pouvoir faire face à ce que nous avons ressentis de notre histoire.

De ce cheminement, il résulte une forme de libération.

Aussi, même si l’on y est amené pour soulager un trouble précis, une psychanalyse va permettre à quelque chose de beaucoup plus large de nous même d'advenir et de se dévoiler, sachant, néanmoins, qu'une part nous échappera toujours.

 

Rappelons que le patient qui est en analyse est un analysant, c'est-à-dire qu’il est actif dans sa démarche, et ce simplement en respectant le cadre psychanalytique (ponctualité aux séances, exprimer tout ce qui lui vient à l’esprit, quoique ce soit, sans se censurer, sans craindre le ridicule ou d’être jugé).

Néanmoins, il ne s’agit pas de « faire un travail », car le travail se fait…de lui-même, dans le tissage d’une relation  particulière patient/analyste, que l’on appelle transfert, dans laquelle vont pouvoir se dire et se (re)jouer des contenus psychiques jusque là inaccessibles à la conscience.

 

Une analyse nécessite de se donner du temps car il s’agit d’explorer ce qui a été construit tout au long d’une vie et aussi d’affronter la part de nous même qui ne veux pas changer et qui résiste....

 

 

 

La Psychanalyse
© 2020